APPEL À COMMUNICATION :

du 27  Janvier au 26 Mars 2017.

Présentation

Nos contextes contemporains d’utilisation des langues sont, de toute évidence, marqués par de fortes tensions hétérophobes et des politiques (économiques, culturelles et écologiques) souvent impuissantes à régler l’ensemble de ces tensions. C’est pourquoi la responsabilité sociale inter-personnelle de tous et de chacun acquiert une acuité toute particulière : la responsabilité du sujet et l’exercice d’une citoyenneté active passent toujours plus par son implication solidaire ici comme ailleurs et maintenant. Il y a donc du sens à co-produire dans des relations interculturelles et intersubjectives (Abdallah-Pretceille, 2008 ; Kramsch, 2009 ; Blanchet, 2010 ; Rojas 2011, Rico Troncoso, 2012 ; Liddicoat & Scarino, 2013 ; Gamboa Diaz, 2016) à construire et reconstruire en permanence, dans l’espace social en général, et dans l’espace universitaire en particulier, dans le cadre de projets de coopérations internationales à (ré)inventer ; en investissant l’ensemble des modalités communicationnelles ouvertes par les nouvelles technologies ainsi que des littératies plurielles (Moore & Molinié, 2012).

C’est ce qui se fait au sein d’un certain nombre de projets de recherche-action-formation- collaboratives, menés en didactique des langues et en sciences de l’éducation, entre partenaires, en Europe et en Amérique Latine.

Conçu comme un dispositif de médiations « entre savoirs issus de la recherche et savoirs d'expérience », comme un lieu de rencontres, permettant aux chercheurs et aux praticiens de co-construire des liens entre science et société (Tupin et Wharton, 2009), ce Colloque permettra de partager et de mettre en débat, les résultats issus de la recherche-action que nous conduisons dans le cadre d’un projet de coopération interuniversitaire intitulé Approche comparée des dispositifs de formations des formateurs à la dimension interculturelle explicite dans l’enseignement des langues étrangères et secondes en France (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3/DILTEC) et en Colombie (Université de Los Andes/Faculté de'Education - CIFE et Faculté de Sciences Sociales - Departement de langues et Culture).

Mais son ambition est plus large.

Cette manifestation permettra, plus globalement de mettre en perspective les dispositifs mis en œuvre en Europe, en Amérique Latine et ailleurs dans le monde afin d’une part de rendre visibles et d’accompagner les expériences bilingues, multilingues, plurilingues des apprenants via des dispositifs interculturels collaboratifs, et, d’autre part, de co- construire la formation des enseignants de langues grâce à des coopérations (entre collègues, interdisciplinaires, interinstitutionnelles, nationales et internationales), et des approches innovantes et transversales.

Notre conviction est en effet que les espaces éducatifs et de formation (initiale et continue) dans lesquels nous évoluons vivent, dans l’ensemble, de profondes mutations.

Attentifs aux mobilités (physique, cognitive, virtuelle, imaginaire), aux épreuves formatives et aux expériences plurielles, bi/multi/plurilingues, interculturelles de nos publics (jeunes et adultes) en formation, nous nous interrogeons : quels savoirs ? quels cadres théoriques ? quelles valeurs ? quelle discussion éthique ? quelles ressources pratiques, pouvons-nous créer, discuter, partager mais aussi co-construire ensemble, en coopération aujourd’hui et demain ? Comment co-construire des parcours de formation des enseignants de façon à ce qu’ils prennent en compte la diversité des contextes dans lesquels s’effectuent les expériences bilingues, multilingues, plurilingues et interculturelles des apprenants ? Comment permettre aux formateurs de faire de la diversité des parcours individuels et des histoires collectives un vecteur éducatif ? Un levier de cohésion sociale ? 

Comment penser globalement une éducation prenant mieux en compte « l’homme pluriel » (Lahire, 2005) en mobilité et ses ressources (formelles et expérientielles) pour apprendre, tout en conciliant, d’une part son aspiration individuelle à créer son propre parcours et d’autre part, les opportunités (sociales et professionnelles) qu'offrent les sociétés d’origine, de transition et d’accueil ?

[1] Plurilinguisme. Études francophones (France et Suisse) menées par Moore & Gajo (2009) ou Coste & Zarate (2009), permettant l'examen de la construction historique et sociale du plurilinguisme et de son impact sur le développement des théories, des politiques linguistiques et des pratiques professionnelles dans le domaine de l'enseignement des langues. Ces orientations sont axées sur l’individu comme l’acteur du contact et encouragent un changement terminologique qui passe du multilinguisme (étude de contact social) au plurilinguisme (étude des répertoires linguistiques et de l’usage de plusieurs langues par un seul l’individu). Fondé, par exemple, sur la sociologie de Bourdieu, le plurilinguisme se centre sur les contextes d’interaction et sur le rôle de la langue dans l’exercice du pouvoir ; sur la constitution d’un capital social et la production et la reproduction d’identité. L’influence du plurilinguisme a également permis, l’exploration des questions éthiques liées à l'enseignement des langues.

Les communications présenteront des projets de coopération ou potentielle coopération  scolaires et interuniversitaire menés dans un cadre pluridisciplinaire et poursuivant des finalités :

A) Éducatives et formatives

B) De cohésion sociale ou psycho-sociale

Les contributions pourront envisager ces deux finalités selon les trois axes suivants :

AXE 1 : Co-construction de projets de formation à la dimension interculturelle explicite.

AXE 2 : Co-construction de projets d’éducation au bilinguisme, multilinguisme et plurilinguisme.

AXE 3 : Co-construction de projets éducatifs de réparation/intercompréhension de et avec l’autre en période de conflit et de post-conflit.

Les contextes pris en compte par les contributeurs seront précisés, autant que les enjeux théoriques, éthiques, épistémologiques. Ainsi, à titre d’exemple :

a) Dans le contexte de l’enseignement-apprentissage des langues secondes et étrangères pourront être pris en considération :

  • l’impact des mobilités académiques et des migrations internationales sur les objets pédagogiques (manuels, dispositifs, outils…) ;

  • le rôle des nouveaux dispositifs législatifs d’intégration des migrants (exemple, le « Contrat d’intégration républicaine » en France, etc.) ;

  • le poids de l’histoire post-coloniale sur les comportements (insécurité, faible estime de soi, sentiment de relégation) et sur le rapport aux savoirs linguistiques et culturels (Molinié, à paraître) ;

  • le poids des événements historiques et sociaux en France et en Colombie (guerre, attentats) sur les dynamiques de formation, d’apprentissage et les motivations ;

  • le poids des relations entre communautés (minoritaires et majoritaires) et de leurs manifestations négatives (« glottophobie » (Blanchet, 2015, etc.);

  • l’impact durable des projets éducatifs d’émancipation, d’autonomie, d’empowerment ;

  • etc.

 

b) Dans le contexte de la formation des enseignants, pourront être étudiés :

  • le rôle joué par des approches pluri-disciplinaires (telles que les approches sociobiographiques, sociodidactiques ou encore la clinique transculturelle, la psychosociologie, etc.) pour faire acquérir aux enseignants des compétences transversales telles que la médiation, l’accompagnement, l’éthique … ;

  • le rôle joué par les pédagogies universitaires innovantes et, de manière générale, par les nouvelles technologies éducatives et les arts et les multi-littératies pour acquérir/mettre en œuvre les fondamentaux de la communication interculturelle en situation collaborative.

 

c) Une réflexion critique sera menée sur la part attribuée aux recherches sur la dimension interculturelle dans nos institutions et sur les effets que cette part (plus ou moins grande) a sur les recherches menées par les masterants et les doctorants : réflexivité, historicité, légitimation, engagement plus affirmé dans la communauté éducative et scientifique, etc…

 

MOTS CLÉS

Paradigme interculturel | Enseignement-apprentissage des langues | Bilinguisme - Multilinguisme - Plurilinguisme | Formation initiale et continue | Réflexivité | Pédagogie des échanges | Approches socio-biographiques | Accompagnement | Intersubjectivité | Identités plurielles | Apprentissage hybride | Bi/pluri/multi-littératie | Engagement.

 

LANGUES DE COMMUNICATION

Espagnol

Français

Anglais

 

MODALITÉS DE PARTICIPATION

 

  • Conférence individuelle et jusqu’à deux personnes : 20 minutes + 10 de discussion.

  • Symposium (3 à 4 personnes) : 100 minutes (20 par personne) + 20 minutes de discussion par personne.

  • Atelier individuel ou en groupe (2 à 4 personnes) : 2 heures.

 

PROPOSITIONS DE COMMUNICATIONS

Les propositions doivent être envoyées à travers le lien suivant :

Cliquez ici pour accéder au formulaire

Ce lien de dépôt en ligne permettra à l’auteur (ou aux auteurs) d’indiquer son prénom, son nom, son affiliation scientifique et institutionnelle, son adresse électronique de contact et sa proposition de communication. Ces propositions n'excéderont pas 450 mots et devront inclure : le titre, 3 à 5 mots-clés, le contexte, l’hypothèse, les données, les résultats de recherche, une présentation clairement définie des finalités de la communication et la bibliographie (5 références environ).

Si vous avez besoin de renseignements complémentaires, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse électronique :

CALENDRIER

Date limite de soumission des propositions :  26 Mars 2017.

Réponse du comité scientifique :  Juin 2017.

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Jean-Claude Beacco (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) ; Philippe Blanchet (Université Rennes 2) ; Stella Cambronne (ESPE de l'Université de Franche-Comté) ; Michel Candelier (Université du Maine) ; Martine Derivry (Université de Bordeaux) ; Paola Andrea Gamboa Díaz (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) ; Aline Gohard-Radenkovic (Université de Fribourg) ; Claire Kramsch (Berkeley University of California) ; Anthony Liddicoat (University of Warwick) ; Luis Enrique López (Universidad Mayor de San Simón de Cochabamba) ; Muriel Molinié (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) ; Danièle Moore (Université Simon Fraser) ; Céline Peigné (Institut National des Langues et Civilisations Orientales- INALCO) ; Martine Pretceille (Professeur Emérite des Universités) ; Carlos Rico Troncoso (Universidad Javeriana) ; Tulio Enrique Rojas Curieux (Universidad del Cauca) ; Valérie Spaëth (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) ; Martha Isabel Tejada Sanchez (Universidad de los Andes) ; Anne-Marie Truscott de Mejía (Universidad de los Andes) ; Jaime Alonso Usma Wilches (Universidad de Antioquia) ; Martha Elizabeth Varón Páez (Universidad del Tolima) ; Omaira Vergara Luján (Universidad del Valle) ; Geneviève Zarate (Institut National des Langues et Civilisations Orientales- INALCO).

 

 

COMITÉ D'ORGANISATION

 

Paola Andrea Gamboa Díaz (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3) ; Muriel Molinié (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) ; Magali Ruet (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) ; Martha Isabel Tejada Sanchez (Universidad de los Andes) ; Anne-Marie Truscott de Mejía (Universidad de los Andes) ; Flor Emilce Prieto Galindo (Universidad de los Andes).

PUBLICATION

Les actes seront publiés en ligne après la manifestation. Une publication scientifique regroupant une sélection d’articles retenus par le comité scientifique suivra.

 

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES À TITRE INDICATIF

  • Abdallah-Pretceille, M. (2008). « Mobilité sans conscience… ! ». In Dervin, F., & Byram, M. (dir.). Échanges et mobilités académiques : quel bilan ? Paris: L’Harmattan.

  • Blanchet, P., Coste, D (dir.), (2010). Regards critiques sur la notion d’« interculturalité » Pour une didactique de la pluralité linguistique et culturelle. Paris: L’Harmattan

  • Blanchet, P. (2015). Discriminations : combattre La glottophobie. Paris: Textuel.

  • Coste, D., Zarate, G. (2009). Plurilingual and pluricultural competence. Strasbourg: Council of Europe. Language Policy Division.

  • Gamboa Diaz, P.A. (2016). Dimension interculturelle dans l’enseignement des langues étrangères en Colombie : un besoin pédagogique pour concilier les politiques éducatives nationales et la réalité multilingue du pays. À paraitre sur HAL SHS.

  • Kramsch, C. (2009). The Multilingual Subject. What language learners say about their experience and why it matters. Oxford: Oxford University Press.

  • Lahire, B. (2005). L'homme pluriel. Paris: Armand Colin.

  • Liddicoat, A. J., & Scarino, A. (2013). Intercultural language teaching and learning. Chichester, West Sussex, UK ; Malden, MA: John Wiley & Sons.

  • Molinié, M. (2015). Recherche biographique en contexte plurilingue. Cartographie d’un parcours de didacticienne. Paris: Riveneuve.

  • Molinié, M. (dir.) (à paraître, janvier 2017). Accompagnement sociobiographique en contexte postcolonial : plurilinguisme, émancipation, formation. Revue Contextes et didactiques N° 8. http://espe-guadeloupe.fr/la-recherche/revue-contextes-et-didactiques/la-revue-en-ligne/

  • Moore, D. and Gajo, L. (2009). French voices on plurilingualism and pluriculturalism: theory, significance and perspectives. International Journal of Multilingualism, 6 (2), 137-153.

  • Moore, D. & Molinié, M. (dir.) (2012). Les littératies : une Notion en question en didactique des langues. Les Cahiers de l’ACEDLE. http://acedle.org.

  • Rico Troncoso, C. (2012). Language Teaching Materials as Mediators for ICC development: a challenge for materials developers. En ligne http://revistas.javeriana.edu.co/index.php/signoypensamiento/article/view/2416/1699 .Consulté le 05/10/2016.

  • Rojas, A. (2011). (Self)-government in the name of culture: interculturality and ethnic group education in colombia. Revista colombiana de antropología, 47 (2), 173-198. En ligne http://www.scielo.org.co/scielo.php?pid=S0486-65252011000200008&script=sci_arttext&tlng=en. Consulté le 05/10/2016.

  • Rojas Curieux, T. E., & Barona Becerra, G. (2007). Falacias del pluralismo jurídico y cultural en Colombia. Ensayo crítico. Popayán. Editorial: Universidad del Cauca.

  • Tupin, F. et Wharton, S. (2009). Intervenir en contextes sensibles : du fragile équilibre entre implication et distanciation. In I. Pierozak, J.-M. Eloy (ed.). Actes du Ve congrès International du Réseau Français de sociolinguistique intervenir, applique, s’impliquer ? Paris : L’Harmattan. Coll. « Espaces Discursif ». Pp: 73-78.

 « Accompagner les parcours bilingues/multilingues/plurilingues via des dispositifs interculturels. Co-construire la formation des enseignants, un enjeu pour le 21e siècle. »